JESSICA EATON, TRANSMUTATIONS  du 21 septembre 2016 - 29 octobre 2016

Transmutations, 2016, vue d'exposition, galerie antoine ertaskiran, Montréal (Canada), © Paul Litherland

Jusqu'au 29 octobre, 2016


La Galerie Antoine Ertaskiran est fière de présenter Transmutations, la première exposition personnelle de l’artiste canadienne de renom Jessica Eaton, en ses murs. Travaillant avec un appareil argentique grand format, Jessica Eaton interroge la nature ontologique du médium photographique, le déconstruisant jusqu’à ses composantes fondamentales puis le réorganisant afin de créer de nouvelles formes captivantes.

Dans le cadre de cette exposition, Eaton présente trois nouveaux corpus d’œuvres. Pictures For Women, un hommage aux femmes artistes, honore certaines de leurs œuvres par le biais de manipulations photographiques techniques réalisées par la photographe. S’inspirant d’un travail antérieur comme celui de cfaal 18 (mb RGB), pour lequel Eaton a testé les effets de flou créés par un mouvement de pellicule, elle propose ici des ensembles cinétiques. Le sujet en mouvement devient une danse pour l’œil de la caméra. Les images de la série Revolutions sont également construites à partir de mises en œuvre cinétiques qui utilisent cette fois des motifs monochromes élaborés par Eaton et enregistrés sur la pellicule au moyen de la technique de séparation additive RVB. La série Transition fait suite à la série Cubes For Albers and LeWitt, nouveau corpus d’œuvres structuré par des méthodes de productions modulaires et basé sur un ensemble fixe de variables. Ces œuvres examinent de nouvelles stratégies de production par le biais de la séparation additive des couleurs et s’appuient sur des effets optiques de plus en plus complexes.

Guidée par son intérêt pour la théorie de la couleur, la science de l’optique, le système oculaire humain et l’histoire de la photographie, Eaton propose de concevoir la photographie comme substitut de la vision. Ses expérimentations photographiques jouent le rôle d’une exploration métaphorique et poétique de notre perception de la réalité et nous permettent ainsi d’imaginer de nouvelles façons d’interpréter le monde qui nous entoure.

Jessica Eaton (née en 1977, Régina, Saskatchewan) a reçu son diplôme de la Emily Carr University of Art + Design de Vancouver. Elle a participé à de nombreuses expositions au Canada et à l’international, incluant des expositions individuelles au Musée d’art contemporain de Cleveland (OH, É.-U.), au California Museum of Photography (CA, É.-U.) et à la Photographers’ Gallery à Londres (Angleterre). Eaton a participé à de nombreuses expositions de groupe, notamment Under Construction – New Positions in American Photography à la Foam Fotografiemuseum (Pays-Bas), Process and Abstraction au Cleveland Museum of Art's Transformer Station (OH, É.-U.), Color Acting : Abstraction Since 1950 au Musée des beaux-arts de St-Petersburg (FL, É.-U.), à la Triennale québécoise du Musée d’art contemporain de Montréal et à la Biennale de photography de Daegu (Corée du Sud). Eaton a été nominée cette année au prestigieux Sobey Art Award. En 2015, Eaton a été sélectionnée par le Capture Photography Festival afin de créer une œuvre d’art publique pour la ville de Vancouver. Le travail de l’artiste a été ?remarqué ?dans ?de nombreuses publications spécialisées, telles que le New York Times, The New Yorker, Art in America, ARTnews (page de couverture) et The Guardian. Son travail fait partie de nombreuses collections privées et publiques, comme celle de la National Gallery of Canada et du Musée d’art contemporain de Montréal. Jessica Eaton vit et travaille à Montréal.

Pour consulter le profil de l'artiste, cliquez ici.

 


 

 

REVUE DE PRESSE

Charron, Marie-Ève. La profondeur veloutée de Jessica Eaton, Le Devoir, 9 octobre, 2016.
Delgado, Jérôme. L'année où Kjartansson à mis Montréal à terre, Le Devoir, 31 décembre.

retour à la liste