Martin Golland, projection  du 15 juin 2013 - 20 juillet 2013

Tableau, 2013, huile sur toile, 142 x 167 cm (56 x 66'')

 

Cette série d’œuvres récentes renouvelle l'engagement de Martin Golland avec des espaces architecturaux imaginaires. Ses peintures illustrent un point de rencontre entre un environnement artificiel et le monde naturel. elles sont conçues à partir d’un assemblage d'éléments (photos oubliées, petits dessins, collages) qui devient par la suite le catalyseur pour de nouvelles compositions.

 

Ses oeuvres s’inspirent d’un large éventail de langages picturaux qui répondent aux contradictions de l’histoire de la peinture figurative. Lors du processus de création, les sujets tels que l’écran, le cadre, le miroir, la fenêtre ou le rideau sont influencés par les propriétés physiques de la peinture même.


Le miroir offre une lumière, une vision fracturée et met en jeu des distances incertaines. Il permet également d’élargir et de doubler le champ de vision. Dans ces peintures, le miroir fonctionne comme un élément géométrique placé dans l’espace mais qui déstabilise la vision. L'artiste cherche à remettre en question l’acte même de regarder.


Les sujets de ses compositions sont transformés par le geste de peindre (gouttes, éraflures, taches) qui révèle un jeu subtil entre présence et absence. L’intention, le résultat final de chacun de ses tableaux est de brouiller les frontières entre l’imaginaire et le réel, l’étrangeté et la rêverie.

 

Cette exposition est présentée dans le cadre de l'évènement Peinture Extrême organisé par l'Association des Galeries d'Art Contemporain - AGAC.

retour à la liste